Ocho vocales conservadores del CGPJ piden un pleno extraordinario para rechazar la ley de amnistía

Huit membres conservateurs du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) ont demandé au président Vicente Guilarte de tenir une extraordinairement plein montrer le rejet du corps dirigeant des juges au future loi d’amnistie qui profitera aux promoteurs et aux participants au « processus ».

Les conseillers qui ont fait la demande sont Carmen Llombart, José Antonio Ballestero, Francisco Gerardo Martínez-Tristán, Juan Manuel Fernández, Juan Martínez Moya, José María Macías, Nuria Díaz Abad et María Ángeles Carmona, tous nommés sur proposition du Parti Populaire.

La séance plénière extraordinaire du CGPJ pourrait se tenir lundi prochain

Selon des sources du CGPJ, la pétition devrait être enregistrée ce jeudi et la Plénière pourrait avoir lieu lundi prochain. La date exacte dépendra de la décision adoptée par le président par intérim du corps dirigeant des juges, dont les membres achèveront en décembre prochain les cinq années de leur mandat expiré.

Les huit membres mentionnés demandent de réunir la Plénière pour débattre d’une déclaration institutionnelle contre la règle que le PSOE est en train de finaliser avec ERC et Junts, dans le cadre des négociations pour l’investiture de Pedro Sánchez comme président du Gouvernement.

Bien qu’encore le texte de la future loi n’est pas connuqui devrait être enregistré au Congrès dans les prochains jours, les membres conservateurs supposent qu’il aura des effets de « dégradation » pour le pays, « sinon l’abolition de l’État de droit en Espagne ». Ils ajoutent que lorsque l’amnistie sera appliquée aux personnes poursuivies pour le « procés », l’État de droit en Espagne « deviendra une simple proclamation formelle qui devra inévitablement produire des conséquences au détriment de l’intérêt réel de l’Espagne ».

Dans leurs écrits, recueillis par Europa Press, les députés conservateurs expliquent avoir observé « avec une inquiétude croissante » les déclarations faites par les députés concernant cette mesure. partis indépendantistes au cours des dernières semaines.

De même, ils expriment leur crainte que cela n’affecte non seulement les événements liés au référendum de 2017 mais aussi d’autres événements antérieurs, parmi lesquels il y aurait des « délits de corruption », et plus tard, commis « pour s’opposer à l’action légitime de l’État ». pour traduire ses auteurs en justice.

Comme détaillé, ils ont choisi de maintenir une « attitude d’attente prudente » alors que ces déclarations n’ont pas été soutenues par le président par intérim du gouvernement mais, après le Les déclarations de Sánchez Samedi dernier, devant le Comité Fédéral du PSOE, avouant que l’amnistie est nécessaire pour obtenir le soutien à son investiture, ils estiment nécessaire une déclaration du CGPJ.

Les élus conservateurs veulent que le CGPJ précise l’inconstitutionnalité de l’amnistie

Si l’initiative était présentée à travers un projet de loi du Gouvernement, il serait obligatoire d’obtenir un rapport du CGPJ mais, comme elle sera traitée par un projet de loi des groupes parlementaires, ce rapport ne sera pas nécessaire. C’est pourquoi les membres demandent une séance plénière extraordinaire pour clarifier l’avis du Conseil.

Les signataires de la lettre dénoncent expressément que la loi va être convenue avec des partis comme Junts, « dirigés par un fugitif qui bénéficiera personnellement de la mesure », en référence à l’ancien président catalan Carles Puigdemont.

En outre, ils accusent Sánchez d’avoir soutenu que l’amnistie serait adoptée dans « l’intérêt de l’Espagne » pour « empêcher un éventuel gouvernement de partis de droite en cas de nouvelles élections ». « Confondre ‘l’intérêt de l’Espagne’ avec l’intérêt du président du gouvernement par intérim d’éviter l’hypothétique formation de gouvernements de partis ayant une idéologie différente de la sienne est quelque chose de manifestement incompatible avec l’alternance politique », préviennent-ils.

Dans ce contexte, ils espèrent que la séance plénière du CGPJ clarifiera l’inconstitutionnalité de l’amnistie, car, comme ils le soulignent, elle irait à l’encontre du principe fondamental du pluralisme politique. Ils soulignent également que, sauf « l’application de la loi pour empêcher l’action des tribunaux en cours ou pour annuler l’action déjà réalisée à travers des décisions définitives, transformant ces décisions en papier vide, est quelque chose de totalement incompatible avec le principe de l’État de « l’État de l’État ». loi dans laquelle l’Espagne voulait être établie et a été effectivement établie… du moins jusqu’à présent.

Pour ces députés, « il n’est pas compatible » avec le principe de l’Etat de droit ni avec la responsabilité des pouvoirs publics « que les dirigeants politiques soient exemptés de répondre de leurs crimes devant les tribunaux », quelle que soit leur nature « afin que » un aspirant Président du Gouvernement peut obtenir l’avantage personnel et politique d’empêcher le gouvernement d’autres forces politiques ou, exprimé par son revers, de pouvoir se maintenir au gouvernement. »

« Cela signifie dégrader et transformer notre Etat de droit en un objet de marketing au service de l’intérêt personnel », ajoutent-ils, avant d’ajouter que l’amnistie engendrerait une « caste juridiquement irresponsable et impunie pour ses crimes » qui contreviendrait « aux règles les plus strictes ». principe fondamental « de l’égalité des citoyens devant la loi ».

En outre, ils soulignent que cette mesure « viole l’indépendance des tribunaux dans son aspect le plus fondamental ». « Il est difficile de parler d’indépendance ou de sécurité juridique lorsque les forces politiques utilisent les lois à leur profit pour empêcher l’action des tribunaux », soulignent-ils. Selon lui, « l’énormité des conséquences » de ce qu’a annoncé Sánchez « est que cela transforme l’indépendance des tribunaux et la sécurité juridique, en bref la justice, en chimère ».

Enfin, ils avertissent que l’amnistie viole non seulement la Constitution mais aussi les articles 2 et 19 du Traité de l’Union européenne « de sorte que les principes de l’État de droit et de l’indépendance judiciaire prévalent à tout moment ». « Le risque que vienne le moment où l’Union européenne décide de ne pas être l’alibi d’un État qui ne respecte pas ses principes devrait être très présent, à ce moment critique, dans l’anticipation de ceux qui entendent réellement agir en « l’intérêt de l’Espagne » », concluent les écrits des membres.