Ces 2 îles au large de la côte atlantique du Canada sont le secret le mieux gardé de France

Au large des côtes canadiennes, il y a deux petits spots parfaitement cachés. Ce sont les îles de Saint-Pierre-et-Miquelonun territoire français d’outre-mer situé à environ 15 milles au large de Terre-Neuve. La meilleure stratégie pour ces îles est low-tech : les horaires ne sont que des suggestions et il n’y a pas de feux de signalisation.

Ici, le temps lui-même semble être une réflexion après coup. Les îles suivent leur propre fuseau horaire, qui est trente minutes plus tôt que celui du continent. Selon l’endroit où vous vous trouvez, votre téléphone bascule entre un opérateur canadien et français, ajustant l’heure chaque fois que vous frappez une tour cellulaire. Seuls les restaurants sont ouverts exclusivement de 12h à 14h puis à nouveau à partir de 19h.

Tout dans la ville est distinctement français, mais il est situé dans un environnement très spécial de côtes rocheuses, de tourbières, d’orchidées sauvages et d’herbes des dunes. L’anglais est plus couramment parlé à Saint-Pierre, le centre d’affaires de l’île, où environ 5 000 personnes vivent dans une zone de 10 miles carrés, alors que le français est toujours la langue la plus courante. Seulement 600 personnes vivent sur l’île voisine de Miquelon, bien qu’il y ait beaucoup de chevaux en liberté et de touristes en été.

Hillary Richards a commencé au Musée de L’Arche, un musée étincelant de trois étages à Saint-Pierre qui couvre des siècles d’histoire pour vraiment comprendre ces îles. Points forts: Entre 1520 et 1536, des pêcheurs des régions françaises basque, normande et bretonne sont arrivés à Saint-Pierre, pour finalement établir des colonies permanentes en 1604. Avant que la France ne prenne le contrôle des îles en 1763, les Britanniques et les Français se sont engagés dans une bataille de près d’un siècle pour la domination. Puis les Acadiens déportés trouvèrent refuge sur les îles.

Lorsque les stocks de poissons ont été épuisés au début du 20e siècle, la pêche à la morue, qui avait attiré de nouveaux colons au 19e siècle, a été abandonnée. Pendant la prohibition, lorsque le stockage et la vente d’alcool, en particulier aux contrebandiers, ont enrichi de nombreux insulaires, Saint-Pierre était dans une position particulièrement avantageuse en tant que colonie sous domination française. (Al Capone était un client et un invité fréquent.) L’artefact du rez-de-chaussée, la seule guillotine utilisée en Amérique du Nord lors d’une exécution de la peine de mort à Saint-Pierre en 1889, éclipse la collection de vieilles caisses et bouteilles fanées du musée.

Elle a marché dans la rue jusqu’au quai et est montée à bord du Petit Gravier, un court bateau de 15 minutes qui fait l’aller-retour jusqu’à L’Île-aux-Marins (île des marins), où elle a rencontré un guide touristique enthousiaste nommé Eric Simon. Le fait qu’il n’y ait ni routes ni voitures sur cette île, colonisée pour la dernière fois dans les années 1960, a été souligné par un tas de brouettes juste à côté de la jetée. Aujourd’hui, des maisons d’été rénovées existent à côté de villages abandonnés. Simon les a conduits dans une visite d’une heure de l’histoire de l’île alors qu’ils se promenaient le long de sentiers qui menaient à travers l’herbe jusqu’aux genoux et les fleurs sauvages.

Comment aller là

Il y a vols pour Saint Pierre au départ de Halifax, Nouvelle-Écosse (1,5 heure), Montréal (3 heures) et St. John’s, Terre-Neuve (45 minutes).

Ferries (qui autorisent les voitures) circulent entre Saint-Pierre et Fortune (au sud de Terre-Neuve) et entre Miquelon et Fortune.

A lire également