Le Portugal est le pays n°1 pour les nomades numériques, selon l'enquête TimeOut

Le Premier ministre portugais a pris des mesures initiales pour limiter le nombre de nomades numériques entrant dans le pays alors que les travailleurs locaux sont de plus en plus mécontents des politiques qui ont contribué à un grave problème de logement.

Le Premier ministre António Costa a déclaré dans une interview avec CNN Portugal que il a l’intention d’abolir le système national de résidence non habituelle (NHR) l’année prochaine.

Selon Deloitte, les personnes physiques qui deviennent résidents fiscaux du Portugal sont soumises à un régime fiscal spécial dans le cadre du programme NHR pendant une période de dix ans, conformément à la réglementation destinée à accueillir les salariés internationaux.

La plupart des personnes ayant un emploi à « haute valeur ajoutée », comme les médecins, les ingénieurs et les journalistes, payer un impôt forfaitaire de 20 % sur leurs revenus portugais.

Cela contraste avec les citoyens portugais, qui paient des impôts sur le revenu allant de 14,5 % à 48 %, selon PwC.. Costa a finalement admis que cette approche injuste faisait plus de mal que de bien au Portugal.

« Maintenir cette mesure pour l’avenir, c’est prolonger une mesure d’injustice fiscale qui n’est pas justifiée, en plus d’être une manière biaisée de continuer à gonfler le marché immobilier », a déclaré Costa à CNN.

Selon lui, la réglementation restera en vigueur pour les visiteurs qui entrent dans le pays avant la date limite en 2024.

Qu’est-ce qui le remplacera, y compris de nouvelles façons d’établir la résidence fiscale au Portugal et de nouvelles tranches d’impôt sur le revenu une fois qu’elles le seront, est inconnu.

La fortune rapport concernant l’impact de la nouvelle réglementation sur les nomades numériques n’a pas reçu de réponse du bureau du Premier ministre. En outre, des incertitudes subsistent quant aux implications potentielles de cette modification des règles sur le visa pour nomades numériques, introduit l’année dernière seulement.

Les étrangers hors UE ou EEE peuvent demander un visa de travail de 12 mois sous le visa D8 s’ils gagnent au moins 2 800 € (environ 2 930 $) par mois. Les nouvelles règles pour les personnes sans résidence permanente pourraient également affecter les travailleurs temporaires, car ces personnes paient généralement des impôts dans leur pays d’origine.

En raison de ce changement, il sera moins intéressant pour les travailleurs émigrés bien rémunérés de vivre à l’étranger au Portugal. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, des milliers de nomades numériques sont arrivés dans le pays pour profiter des nouvelles opportunités de travail à distance.

Selon les données de la Nomads List citées par Politico, En décembre 2017, 15 800 nomades numériques avaient élu domicile à Lisbonne. Selon l’Agence portugaise de l’immigration et des frontières (SEF), il y avait 45 % de résidents étrangers en plus au Portugal entre 2018 et 2021.