Les visiteurs de Bali devront payer un nouveau droit d'entrée en 2024

« Nous devrions expulser ces gens », a Bali local fumé après avoir été témoin de l’impensable.

Une scène chaotique mettant en scène un touriste enragé sautant de sa moto, chargeant les habitants après que la route ait été bloquée pour des raisons religieuses.

Bali, l’île paradisiaque de l’Indonésie, est depuis longtemps une destination populaire pour les visiteurs à la recherche de vues magnifiques, d’une culture colorée et d’une hospitalité amicale. Cependant, la croissance rapide du tourisme a eu des répercussions inattendues, telles que des comportements désordonnés, une dégradation de l’environnement et une insensibilité culturelle.

Avec une augmentation des cas de comportement irrespectueux envers les habitants, les responsables de Bali ont appelé à une plus grande ouverture dans la mise en place d’une nouvelle taxe de séjour. La redevance proposée, qui vise à réduire les comportements touristiques indésirables et à promouvoir des pratiques touristiques durables, a suscité des réactions contradictoires de la part des responsables gouvernementaux et des critiques.

L’idée de la taxe a suscité une controverse entre ceux qui la considèrent comme une mesure essentielle pour conserver la beauté naturelle et l’héritage culturel de Bali et ceux qui se méfient des intentions du gouvernement et s’inquiètent de l’utilisation abusive potentielle des fonds collectés.

Les responsables de Bali, tels que le gouverneur de Bali Wayan Koster, tiennent à trouver un équilibre délicat car ils reconnaissent la contribution importante du tourisme à leur économie tout en reconnaissant le besoin urgent de « protéger la gloire de la culture balinaise » et l’environnement en responsabilisant les touristes.

Cependant, les détracteurs, dont certains militants locaux et groupes de surveillance du tourisme, restent sceptiques quant à l’affectation des recettes fiscales. Ils se demandent si les fonds seront véritablement utilisés pour résoudre les problèmes en cours ou s’ils pourraient disparaître dans des canaux opaques, ne bénéficiant qu’à quelques privilégiés. D’autres remettent entièrement en question l’idée d’une taxe, craignant qu’elle ne fasse couler une économie touristique déjà sous le choc des tempêtes de Covid.

« Nous devrions tous les accepter, tant qu’ils connaissent et respectent les choses à faire et à ne pas faire », dit Komang Artanavice-président de l’Association indonésienne des directeurs généraux d’hôtels à Bali.

La volonté de transparence des dépenses liées aux taxes touristiques vise à apaiser ces craintes et à restaurer la confiance du public. Les responsables de Bali doivent être transparents et responsables de la manière dont les fonds sont dépensés pour mettre en œuvre des pratiques de tourisme durable, aider les populations locales et mettre en œuvre des programmes qui atténuent l’impact néfaste du tourisme de masse.

Bali a déjà pris des mesures importantes pour résoudre les difficultés posées par un tourisme incontrôlé, telles que la limitation de l’expansion hôtelière et le soutien aux activités respectueuses de l’environnement.

Pourtant, l’imposition de la taxe de séjour a le potentiel de changer la donne dans la poursuite d’une économie touristique plus équilibrée et responsable.

En plus de la taxe de séjour prévue, les responsables de Bali recherchent des moyens innovants pour promouvoir le tourisme durable. L’une de ces approches consiste à coopérer avec des entreprises locales et des organisations non gouvernementales pour développer une campagne éducative complète pour les touristes. Cette campagne vise à motiver les visiteurs à être des voyageurs courtois et responsables, ne laissant que des empreintes d’admiration et de gratitude, en faisant mieux connaître la culture, les coutumes et la nature vulnérable de Bali. Bali aspire à continuer d’attirer les touristes tout en protégeant sa beauté naturelle et son patrimoine culturel pour les générations futures en employant des méthodes aussi diversifiées.

Alors que la dispute fait rage, l’attention du monde se tourne vers Bali, impatiente de voir comment cette expérience de taxe de séjour se déroulera et si elle trouvera le juste équilibre entre croissance économique et protection de l’environnement.