Luis Felipe Lázaro

L’ancien président de la Fédération royale espagnole de football (RFEF) Luis Rubiales a demandé que le dossier ouvert contre lui par le Tribunal administratif des sports (TAD) soit archivé et classé, ce qui envisage son interdiction de trois ans après le baiser non consensuel de Jenni Hermoso et sa performance dans la surface après la finale de la Coupe du monde féminine 2023. Rubiales a même comparé le cas avec le célèbre article 155 appliqué en Catalogne en 2017puisque tu vois un « une coïncidence fantaisiste » dans votre numéro de dossier, 155.

« Il est évident qu’il n’est pas possible de faire de parallèle entre mon cas et l’importance et la pertinence politique que ce chiffre, 155, avait il y a quelques années. Mais force est de constater (…) que nous vivons dans un Etat de droit, et il n’est pas raisonnable de déformer l’interprétation juridique pour tenter de protéger une personne extrêmement injuste et disproportionné« , a-t-il souligné.

Luis Rubiales défend que le baiser était « consensuel »

C’est ainsi que Rubiales se défend dans le Mémoire de 18 pages présentée lundi par l’ancien président devant le TAD, après que deux sanctions – d’un an et six mois chacune – aient été proposées pour examiner les deux actions violations graves du droit du sport et de la législation sur la discipline sportive.

Rubiales a dénoncé que ces sanctions « ils ne correspondent pas » avec ce qui était stipulé dans le reste du texte de la résolution proposée ; ils semblent « déconnectés » et constituent une revendication « arbitraire » et « injustifié », et estime que la sanction devrait être une un avertissement, une amende ou une exclusion pour une durée de trois à six mois.

« Le baiser fugace (pas sur la bouche mais) sur les lèvres, a été consenti, et quiconque dit le contraire, il manque la vérité. Tout ce que j’ai dit jusqu’à présent est ma seule version et ce sera le cas. Les preuves visuelles et comportementales, même les déclarations spontanées des deux parties après ce qui s’est passé, l’indiquent », a-t-il répété, essayant de démonter la version fournie par Jenni Hermoso dans ses déclarations devant le parquet.

Rubiales souligne que tant l’accord d’ouverture que la résolution proposée soulignent qu’il y a encore « en dehors du champ disciplinaire sportif le caractère consensuel ou non du baiser », de sorte que les nouvelles contenues dans le rapport faisant référence au baiser « forcé », « imposé », « non demandé », « non désiré » ou « volé » ne pouvaient, à son avis, prendre en considération.

Luis Rubiales dénonce un « lynchage »

L’ancien président de la RFEF a dénoncé le « théâtralisation bestiale », « démagogie brutale » et « lynchage » auquel il a été exposé dans les médias en raison de divers facteurs. « Uno, que cometí un error. Dos, que iban a por mí desde hace tiempo. Tres, que le vino muy bien a algún sector radicalizado de la política española. Cuatro, que este asunto constituía, sin duda, un filón mediático », il a résumé.

Il a affirmé à tout moment qu’il aurait « compté » sur le « consentement » d’Hermoso, même s’il lui avait donné un baiser non sollicité après le lui avoir demandé et sans attendre sa réponse. Il a regretté les changements de versions lorsqu’il s’agit d’exonérer des crimes ou « quand il n’y en a pas, mais c’est prévu dramatiser et pousser la pression à l’extrême pour signaler et criminaliser« .

Les détails de la déclaration de Luis Rubiales

« Dans mon cas, beaucoup sont passés de l’opinion privée à l’opinion publique (d’autres gardent le silence, ce qui est plus sûr). Il y a aussi ceux qui ont modifié leur version, ils sauront pourquoi. Certains ont faussement voulu m’utiliser pour criminaliser un acte de joie et célébration, mutuelles et consensuelles. Simplement et clairement, j’ai demandé et elle m’a dit « D’accord ». Point final. Vous ne pouvez pas prouver le contraire. Ni vous ni personne car ce que je dis est la vérité », a-t-il déclaré.

Luis Rubiales défend qu’il s’agissait d’un acte « spontané »

Dans ses écrits, il défendait que ni le geste ni le baiser n’étaient « contraire à la dignité et au décorum sportifs », que dans le cas du premier Ce n’était pas un acte « sexiste » et qu’un avertissement peut être une sanction « même sévère » mais qu’« il peut être recevable et juste ».

Il a également admis qu’il aurait dû laisser passer l’occasion d’embrasser Hermoso, mais a insisté sur le fait que c’était un geste. « mutuel » et « spontané », qu’elle venait de remporter la première Coupe du monde de football féminin de l’histoire, que cela n’avait rien à voir avec la compétition sportive et que cela ne pouvait être puni « avec la loi en main ».

Enfin, il a défendu avoir été un grand défenseur de l’égalité des sexes dans le football en professionnalisant le staff technique de l’équipe féminine, en parvenant à un « accord historique » sur les primes des joueuses internationales et en augmentant le budget de 2,7 à 27 millions d’euros, entre autres. questions importantes.

Affaire Luis Rubiales : le juge convoque trois joueurs de l'équipe nationale pour avoir embrassé Jenni Hermoso