Redacción digital Informativos Telecinco

Le pilote néerlandais Max Verstappen (Red Bull) a remporté la victoire Grand Prix d'Espagnedixième manche de la Coupe du monde, pour accroître son statut de favoris pour un quatrième titre consécutif, tandis que les Espagnols Carlos Sainz (Ferrari) et Fernando Alonso (Aston Martin) étaient sixième et douzième.

Il Circuit de Barcelone-Catalogne Il s'agit de la troisième victoire consécutive de Red Bull à Barcelone et d'un nouveau coup dur qui renforce encore son statut de favori pour le titre après sa victoire il y a deux semaines au Canada. « Mad Max » ne cède pas à ses rivaux, même si McLaren continue de pousser, avec Lando Norris encore très proche, deuxième, et que Mercedes a récupéré ses performances pendant son séjour en Espagne, avec Lewis Hamilton troisième.

Norris n'a pas su défendre sa pole

Sur un circuit aux dépassements difficiles et avec des soucis de dégradation des pneumatiques dans la chaude dimanche de Barcelone, Verstappen n'a pas failli puisqu'il a pris la tête de la course dès le troisième tour. Norris n'a pas su défendre le poteaunotamment face à George Russell (Mercedes) qui s'est montré le meilleur au feu vert, gagnant trois positions à l'extérieur.

Cependant, cela n'a pas été assez rapide pour empêcher la Red Bull de mener la course peu de temps après, dans une énorme opportunité manquée pour la voiture orange. Le départ n'a pas changé la position de Sainz, qui s'est en effet classé cinquième, dépassant son coéquipier Charles Leclerc. Les deux Ferrari se sont plaintes l'une de l'autre à la radio, mais la vérité est que le madrilène a porté un toast.

Pendant ce temps, Alonso, parti dixième, a bien commencé, mais dans la congestion du premier virage, il a dû s'ouvrir et a perdu des positions pour voir presque disparaître la possibilité de marquer des points. Il était temps de surveiller les pneumatiques et, au 15e tour, les arrêts commençaient. Celui de Russell était médiocre et Sainz l'a presque dépassé dans la voie des stands, mais l'Espagnol s'est au moins rendu compte hamilton.

La Mercedes s'est révélée meilleure que Ferrari sur la piste et le septuple champion du monde a rapidement dépassé l'idole locale. Il n'était pas à l'abri de cette erreur de la McLaren aux « flèches d'argent », mais, après que tout le monde s'est arrêté, il n'a pas fallu longtemps à Norris pour avancer jusqu'à ce qu'il soit deuxième, surtout lors du combat avec Russell, avec un pneu plus jeune à réduire. Verstappen.

Le podium est complété par Hamilton, devant Russel

A 30 tours de l'arrivée, en attendant ce qui était prévu comme deuxième et dernier arrêt, le pilote Red Bull avait un matelas de près de dix secondes qu'il a su gérer face à Norris, tandis que Hamilton et Leclerc visaient la troisième place du podium, avec une belle marge sur leurs poursuivants.

Le dernier « relais » a apporté l'excitation de voir le pilote McLaren voler, mais Verstappen, avec le pneu tendre inutilisé qui avait été conservé, a terminé assez fort pour éviter le choc de l'Anglais. Norris manquait encore une fois des tours pour éviter une nouvelle victoire de Verstappen, dans une course-poursuite comme sur la plupart des circuits Cela ne suffit pas.

Le podium est complété par Hamilton, devant Russel, tandis que Sainz, sixième, a dû céder sa place à Leclerc, l'Espagnol n'ayant pas d'option avec une stratégie dure par rapport aux stratégies douces du Monégasque. Un mauvais goût en bouche pour le pilote local, motivé pour faire plaisir aux fans mais sans options.

Tout aussi ou pire, Alonso a confirmé le scénario qu'il avait avancé pour Barcelone, une voie peu favorable pour son Aston Martin, car il a déjà prévenu que ni l'Autriche ni Silverstone ne le seraient. Le double champion du monde était loin des points, alourdi dès ce départ, même si la réalité était celle à laquelle ils s'attendaient.