Marta Alcázar

Poire Rose Il est déjà en prison depuis six ans des 25 auxquels elle a été condamnée pour le meurtre de Pedro Rodríguez. Il purge actuellement une peine à Prison Mas d’Enric, à Tarragone. Elle dit qu’elle reste occupée : « J’étudie le droit à l’UOC parce que quand je quitterai, j’aurai envie d’avoir une vie », a-t-elle expliqué.

Salaire de 118 euros par mois pour travailler depuis la prison

Il travaille également et explique que les salaires des prisonniers sont bas : « Les salaires ici ne sont pas énormes.. Nous facturons 118 euros par mois, dont nous payons 20% de responsabilité civile. La façon de vivre ici n’est pas une vie détendue », a-t-il expliqué.

Rosa Peral assure que n’a reçu « rien » de Netflix. Et il ajoute que les responsables de la série avec Ursula Corber ne se sont pas souciés de leur environnement : « Ma fille aînée qui apparaît dans la série, qui est maintenant adolescente, ne s’en est pas souciée. Personne n’a pris le temps d’y penser. « la douleur que souffre cette fille »a-t-il assuré.

À propos du documentaire « Los papeles de Rosa », que de nombreux experts qualifient de blanchiment de l’image de la femme condamnéeassure que l’intention était que les gens voient « l’effet médiatique » de leur affaire : « Au procès, je ne pouvais même pas être une personne anonyme, les gens pensaient que j’étais condamné avant d’être jugé », a-t-il assuré.

Je ne fais pas confiance à la police

Il estime également que sa condamnation est due à la médiatisation de l’affaire, à « la dénonciation du procureur et à la sélection d’un jury qui n’est pas formé aux questions de droit ». Une fois de plus, il a défendu qu’il avait couvert son amant mais que « toutes les preuves qui m’incriminent peuvent être débattues ».

Lorsqu’on lui a demandé si elle regrettait quelque chose, elle a répondu qu’elle regrettait « de ne pas s’être adressée à la police d’abord au lieu d’envoyer ces messages », mais elle se justifie en disant que « je n’ai jamais fait confiance à la police ou au ministère de la Justice », même si elle était policière. … la Garde Urbaine.