Redacción NIUS

La mairie de Saint-Jacques-de-Compostelle (La Corogne) poursuit sa proposition d’établir une taxe de séjour. L’idée est que les visiteurs qui passent la nuit en ville payer une petite somme pour faire face aux frais de nettoyage ou de préservation du patrimoine, chose déjà répandue dans de nombreuses capitales européennes.

Le consistoire prépare une étude, qu’il compte terminer en mars, à présenter à la Xunta. Et c’est que pour que les mairies galiciennes puissent l’appliquer, elles doivent d’abord adopter une loi au Parlement de Galice.

Le maire de Santiago, Xosé Sánchez Bugallo, est celui qui mène cette pétition depuis quelques mois maintenant. « C’est une question de justice et de nécessité »dit le conseiller.

Dans cette étude en cours de rédaction, le montant exact de la redevance n’est pas encore défini. Mais le maire prévoit qu’il serait raisonnable placez-le entre 1,80 et 3 euros par personne et par nuit.

« La taxe de séjour n’a pas d’effet significatif sur le tourisme et, en revanche, elle en a sur le indemnisation des dépassements de coûts de certains services du fait de la pression touristique », explique l’édile.

Bugallo soutient que le poids du tourisme est un dépense importante pour les caisses municipales à des fins de nettoyage, de surveillance, de conservation et d’entretien du patrimoine.

« Nous ne pensons pas que ce montant dissuadera les touristes », détient. Bugallo estime que, s’il va de l’avant, ce taux ne pourra pas être activé avant 2024 en raison de toutes les démarches qui doivent être effectuées. « D’abord, la Xunta doit approuver une loi et, plus tard, le conseil municipal devra approuver l’ordonnance réglementaire », explique-t-il.

C’est le président de la Xunta, Alfonso Rueda, qui a demandé à Bugallo en octobre dernier de préparer un rapport détaillé sur la mesure après avoir entendu sa demande, ouvrant la porte à la possible mise en place d’un taux qui serait volontaire pour les communes qui souhaiteraient l’appliquer.

Record de nuitées en 2022

Cette mesure a commencé à être discutée en 2022, année au cours de laquelle Santiago a atteint personnages historiques au niveau touristique. Jamais auparavant autant de touristes n’avaient visité la capitale de la Galice.

Selon les données fournies par le consistoire, l’année dernière, pour la première fois, le millions et demi de nuitées dans les établissements hôteliers de la ville (1 510 915). L’aéroport de Santiago a également accueilli, pour la première fois de l’histoire, trois millions de passagers (3 236 619).

Derrière ces données record se cache l’attrait du Camino de Santiago. L’année Xacobeo 2022 s’est terminée avec plus de 438 323 Compostelles scellé au bureau d’accueil des pèlerins, signant également la meilleure année de l’histoire.

La Catalogne et les Baléares l’ont déjà

En Espagne, il existe deux communautés qui appliquent la taxe de séjour. Il s’agit de Catalogneoù la taxe varie de 0,60 à 3,5 euros, et la les îles Baléaresoù il est compris entre 1 et 4 euros.

Dans les deux communautés, le taux varie selon le type de logement et aussi l’emplacement. À partir de 2024, le Communauté valencienne elle percevra également cette taxe auprès des touristes.

Cette taxe est également très répandue dans la grande majorité des villes européennes. Londres, Madrid et Dublin Ce sont les trois seules capitales d’Europe qui n’appliquent pas cette taxe aux touristes.

A lire également