Detenido el sospechoso del asesinato de una mujer y su hija en Carabanchel

La femme assassinée à Madrid par son mari a eu la force de sortir dans la rue sanglante pour sauver sa fille. Ce n’était pas possible. Le père, après l’avoir poignardée à la poitrine dans le garage, a emmené sa fille au sol et l’a tuée d’une coupure au cou. Il a ensuite tenté de se suicider, sans succès. Il a déjà été arrêté. Il vivait à l’étage au-dessous des femmes assassinées.

Les premières investigations suggèrent que l’homme de 24 ans qui aurait poignardé à mort son ex-femme de 25 ans et leur fille de 5 ans à Quartier madrilène de Carabanchel Aux premières heures de lundi, il aurait fait l’objet d’une ordonnance de non-communication déposée par son ex-compagne, selon l’enquête initiale, qui a été abandonnée après l’acquittement de son agresseur présumé dans une procédure pour maltraitance.

Malgré cela, il n’est pas clair si l’homme, Nationalité péruvienne, Il avait déjà été condamné pour violence sexiste. L’hypothèse principale est qu’il aurait tué son ex-femme et leur fille, de même nationalité, avant de tenter de se suicider. La police a précisé que la fillette était née en 2018, elle avait donc 5 ans et non 3 ans, comme l’avaient indiqué les Urgences de Madrid.

Il a tué les victimes dans le garage et dans la chambre de la maison

Dans le garage de la propriété de la rue Jacobeo Ils ont trouvé la femme inconsciente et en arrêt cardiorespiratoire, qui présentait de multiples coups de couteau à la poitrine et dans d’autres parties du corps. Les médecins ont tenté de la réanimer, en vain. Il n’a pas non plus été possible de sauver la mineure, qui avait été poignardée au cou après que l’homme l’ait emmenée au bâtiment conjugal après avoir assassiné sa mère. Le suspect a été secouru et hospitalisé, grièvement blessé. Il avait une blessure au cou suite à une tentative de suicide présumée.

S’il est confirmé qu’il s’agit de violences sexistes, elle sera la 53e victime cette année. Au 8 novembre, dernière mise à jour de la liste du ministère de l’Égalité, deux autres cas étaient en cours d’enquête. Sur les 52 victimes, 30 sont espagnoles et les autres sont d’autres nationalités. Douze des femmes assassinées ont dénoncé l’agresseur.

Pilar Alegría : « les données ne sont pas bonnes »

Le porte-parole du gouvernement et ministre de l’Éducation et des Sports, Pilar Alegria, souligne qu’« il est évident » que les chiffres et les données sur les victimes mortelles de violences sexistes « ne sont pas bons » et a indiqué que la ministre de l’Égalité, Ana Redondo, a exprimé sa volonté de « rencontrer tous les groupes et experts pour analyser si le lien de prévention et de détection est défaillant, avant tout. »

« Il est très important que nous continuions, par tous les moyens dont nous disposons, à améliorer les problèmes qui doivent l’être », a insisté Alegría dans une interview accordée à TVE. La porte-parole du gouvernement a toutefois assuré qu’elle ne savait rien d’autre de l’enquête sur la mort de la femme et de sa fille de trois ans, ni si une mesure d’interdiction ou de protection était en vigueur, comme l’indiquent les premières enquêtes policières. .

« Ce qui est clair, c’est qu’au vu des chiffres fatidiques que nous avons eu tout au long de cette année, et de ceux que nous connaissons depuis qu’il y a des records, il est plus que jamais nécessaire que nous continuions à travailler ensemble pour éradiquer ce fléau. » , a conclu Alegría.

A lire également