La Audiencia de Barcelona rechaza por tercera vez la libertad de Dani Alves: no ve arraigo y sí riesgo de fuga

La Audience de Barcelone a rejeté pour la troisième fois la liberté de l’ancien joueur du FC Barcelone, Dani Alves, accusé du viol présumé d’une jeune fille de 23 ans dans le Discothèque Sutton à Barcelone, dans la nuit du 30 au 31 décembre 2022. La représentation d’Alves a de nouveau demandé sa libération provisoire le 7 novembre, mais le tribunal l’a rejetée car « toutes les conditions pour accepter la détention provisoire sont remplies ». Le juge ne voit pas les racines et entretient le risque de fuite. Pour le parquet, la relation conjugale ou un domicile en Espagne ne fausse pas ce risque et considère que toutes les conditions des articles 503 et 504 du code de procédure pénale sont remplies pour consentir à la détention provisoire.

Le parquet provincial comprend également que les peines minimales d’un an de prison invoquées par la défense ne seraient pas applicables, même si l’accusé a versé le montant demandé à titre de caution.

La défense a allégué que trois mois s’étaient écoulés depuis la précédente résolution niant la liberté ; Quoi Le prévenu est déjà en prison provisoire depuis neuf mois, et que « les circonstances qui ont motivé la mesure conservatoire d’emprisonnement n’ont pas changé ». L’avocat a demandé sa libération en se fondant sur les racines du footballeur en Espagne (ce qui limiterait les risques d’évasion) et sur le fait que le joueur a engagé 150 000 euros d’indemnisation en cas de condamnation. Le juge ne considère pas qu’il y ait des changements substantiels pour considérer que l’arrivée des enfants du joueur en Espagne n’était pas une démarche ponctuelle pour justifier les racines, comme on le pensait déjà à l’époque. Et aucune modification n’a été ajoutée pour certifier que de plus grandes racines se sont produites. Concernant la proximité du procès, le juge considère qu’elle continue d’être une autre raison du risque de fuite.

Le procès entre dans sa dernière ligne droite et pourrait se tenir devant le tribunal de Barcelone au début de l’année prochaine si un accord n’est pas trouvé. Après la présentation de la qualification du procureur, qui exige neuf ans de prison pour l’ancien joueur brésilien du FC Barcelone et 10 ans de liberté surveillée, le parquet privé devrait faire de même et son avocate Ester García a déjà annoncé qu’elle demanderait la peine maximale de 12 ans.

Ce n’est pas le moment que le paiement de 150 000 euros soit un élément de réduction de peine

Le tribunal a donc rejeté la demande de libération formulée par la défense de l’ancien footballeur, qui a soutenu que la consignation au tribunal, sur ordre du juge qui a instruit l’affaire, de 150 000 euros pour payer une éventuelle indemnisation à la victime doit être considérée comme une circonstance atténuante hautement qualifiée dans la réparation du préjudice. Pour obtenir cette qualification juridique, l’avocate Inés Guardiola, qui représente l’athlète brésilien, a insisté pour que cette somme soit remise à la victime. Ce fait, à son avis, devrait réduire la peine possible l’athlète brésilien à moins de deux ans de prison. Ce n’est pas l’avis du juge qui estime qu’il existe déjà une demande de peine de la part du parquet très éloignée de la demande de la défense, alors qu’il appartient à l’organe de condamnation de décider ou non de cette atténuation de réparation. car le dommage est appliqué, qui doit également considérer s’il s’agit d’une atténuation simple ou hautement qualifiée.

Alves est emprisonné depuis le 20 janvier pour agression sexuelle présumée. Depuis lors, tant le juge que le tribunal de Barcelone ont refusé sa liberté à deux reprises, estimant qu’il existait un risque de fuite en raison du capacité économique dont dispose l’ancien footballeur et son manque de racines en Espagne. A cette troisième occasion, la défense change de stratégie. Mais cela n’a pas fonctionné et les magistrats ont rejeté son raisonnement. Ce fut une mission compliquée pour l’ancien joueur que de quitter le centre pénitentiaire avec la perspective que le procès puisse avoir lieu dans un bref délai.

Après la présentation par le procureur de son document de qualification, dans lequel il demande 9 ans de prison, 10 ans de liberté surveillée et le versement d’une indemnité de 150 000 euros, le parquet privé attend désormais l’achèvement de cette démarche procédurale, exercée par l’avocate Ester. García au nom de la victime. Ensuite, ce sera le tour de la défense et, par la suite, le tribunal se mettra d’accord sur la date du procès.

A lire également